3ème Génération de Cryptos Monnaies

rsz_blockchain_de_3eme_generation

Depuis la création de Bitcoin fin 2008, de nombreuses autres cryptomonnaies ont vu le jour. En tant que projet fondateur, Bitcoin (et la technologie Blockchain) a révolutionné la façon dont nous envisageons l'argent et l’échange de valeur sur internet.

En termes simples, Bitcoin est une monnaie numérique sans frontières, fonctionnant sur un système Peer to Peer (P2P) qui nous permet d'effectuer des transactions sans avoir besoin de tierces parties ou d'institutions centralisées (comme les banques, les gouvernements et les sociétés de traitement financier). Bitcoin a été conçu essentiellement pour créer un système P2P monétaire décentralisé et en tant que premier du genre, il représente très bien les cryptos de 1 ère génération. Le protocole Bitcoin est très résistant aux changements ainsi qu'aux attaques et son immutabilité et sa rareté font de lui une excellente réserve de valeur. Cependant, ses limitations de longue date en matière de mise à jour et d'évolutivité le rendent moins adapté à une adoption de masse et freine en quelque sorte son utilisation dans le monde entier (en tant que monnaie courante universelle, sorte de Cash digital).

Depuis 2008, l'innovation n'a cessé de continuer utilisant la technologie du Bitcoin (sur une base open source) qui a favorisé l'émergence des cryptomonnaies de deuxième génération, mouvement qui a été lancée par Ethereum. L'innovation majeure apportée par Ethereum est l'utilisation de langages de programmation sur une Blockchain qui a permis la création de transactions personnalisables et d'applications décentralisées (dApps). L'Ethereum est considéré comme une plate-forme de codage conçue pour un large éventail de cas d'utilisation (nous ne considérons plus Ethereum comme un simple Altcoin à l’heure actuelle en passant…). Par exemple, les transactions P2P et les litiges juridiques peuvent être protégés par des accords numériques grâce à l'utilisation de contrats dits intelligents (les fameux Smart Contracts). Bien qu'Ethereum et d'autres cryptomonnaies de 2ème génération soient capables de traiter plus de transactions par seconde que Bitcoin, celles-ci ont aussi des problèmes de mise à échelle, qui représentent un frein a une adoption de masse.

Les limites de la première et de la deuxième génération (en particulier les questions d'évolutivité et de gouvernance) ont conduit à l'émergence des monnaies digitales de troisième génération.

eso cardano aion icon raiden

Il existe de nombreux projets différents de cryptos de troisième génération, mais cet article se concentre sur certains des plus connus : EOS, Cardano (ADA), AION, ICON (ICX) et Raiden Network (RDN). Ces projets sont tous en cours de développement pour répondre aux problèmes rencontrés par les générations précédentes, dans le but de construire des réseaux basés sur de meilleurs systèmes de gouvernance et de meilleures solutions d'évolutivité et d'interopérabilité (entre chaines notamment).

Les meilleurs systèmes de gouvernance sont généralement ceux qui permettent de prendre des décisions avec une plus grande participation de la communauté et un consensus encore plus décentralisé. Un meilleur degré d'évolutivité se réfère non seulement aux projets qui sont capables de traiter des milliers de transactions par seconde, mais aussi qui sont en cours de développement pour atteindre l'adoption de masse dans le monde entier avec une meilleure accessibilité.  L'interopérabilité est liée à la capacité d'un réseau/chaîne de blocs à communiquer et à interagir avec un autre réseau Blockchain, ce qui rend tout l'écosystème plus utile et efficace.

EOS

rsz_eos_logo

Le projet EOS a été annoncé en 2017 comme une plateforme contractuelle intelligente conçue pour fournir la création et le déploiement d'applications décentralisées (dApps) performantes et de solutions d'entreprise de stockage décentralisées en plus de leur "blockchain". 

EOS a été fondée par Dan Larimer (aussi fondateur de BitShares et CTO de Steemit) et Brendan Blumer. 

La société derrière EOS s'appelle Block One (enregistrée aux îles Caïmans) et a également été fondée par Larimer et Blumer. Block one a lancé une ICO en 2017 afin de collecter des fonds pour lancer leur projet.

L'offre initiale de pièces (ICO) était unique en son genre avec une approche atypique pour la distribution de jetons EOS. L'ICO a débuté en juin 2017 et devrait se poursuivre jusqu'en juin 2018, avec des ventes de jetons périodiques. Celle-ci a permis d'amasser plus d'un milliard de dollars à ce jour, ce qui en fait l'ICO la plus importante jamais réalisé en matière de levée de fonds. Les jetons EOS fonctionneront sur la blockchain Ethereum en tant que jetons ERC-20 jusqu'à ce que la chaîne EOS soit complètement développée et lancée (probablement vers le mois de juillet 2018). Block one n’a pas précisé comment les fonds seront utilisés et a déclaré qu'ils seront utilisés à sa propre discrétion.

La chaîne de bloc EOS utilise l'algorithme de consensus de preuve de participation délégué (dPoS). Il n’y a pas de processus d'extraction (minage) sur les réseaux dPoS et un consensus est atteint en fonction de la quantité d'EOS détenue par chaque utilisateur. Les parties prenantes ont le droit de voter pour élire et nommer périodiquement 20 producteurs de blocs pour participer au processus de consensus et décider des événements majeurs dans l'écosystème EOS. Les producteurs de blocs créent de nouveaux blocs et valident les transactions (agissant comme 20 "mineurs élus"). Le mécanisme dPoS s'est avéré beaucoup plus évolutif que le PoW et encourage théoriquement un comportement honnête, car les producteurs élus malhonnêtes seront probablement éliminés et rapidement remplacés par d'autres candidats. Vous trouverez des informations détaillées sur EOS et leur dPoS dans leur livre blanc.

Il y a beaucoup de controverse autour d'EOS et de son ICO quelque peu atypique, en particulier en ce qui concerne l'utilité du jeton EOS. Certains détracteurs du projet ont maintes fois amené la question suivante « Est-ce qu’un nouveau projet d’infrastructure Blockchain a vraiment besoin de lever 1 milliard de dollars pour se lancer » ?

La FAQ présente sur le site d'EOS stipule que "le produit de la distribution des jetons d'EOS sera le seul revenu de block one" et que "les jetons d'EOS ne confèrent aucun droit à leurs utilisateurs sur la plate-forme d'EOS". Comme tout autres projets dans cette industrie, il y existe des fans et des détracteurs du projet EOS. Dans l'ensemble, la Blockchain EOS est loin d'être fonctionnelle et seul le temps nous dira ce que celle-ci vaut au niveau performances.

Cardano ADA

logo cardano

Le projet Cardano a été lancé en 2015 dans le but de créer une cryptomonnaie (ADA) plus accessible et potentiellement susceptible d'être adoptée en masse. Cardano a été fondé par Charles Hoskinson (un des premiers fondateurs d'Ethereum et une des personnalités les plus intéressantes à l’heure actuelle dans l’industrie selon nous) et est développé par trois organisations participantes :

IOHK - fondée par Charles Hoskinson et Jeremy Wood, c'est une société de développement et de recherche en cryptomonnaies, qui détient un contrat pour le développement de la plateforme Cardano jusqu'en 2020. L'IOHK soutient également d'autres projets de cryptocurrence, tels que l'Ethereum Classic (ETC).

La Fondation Cardano - sa mission est d'uniformiser, de protéger et de promouvoir le protocole Cardano, tout en soutenant la communauté Cardano et en travaillant sur les questions réglementaires et commerciales entourant le projet. La Fondation Cardano est basée sur la Suisse.

Emurgo - une société japonaise qui aide les entreprises commerciales à développer et intégrer leurs activités dans l'écosystème Cardano.

Cardano est l'une des premières Blockchain à être développée dans le langage de programmation fonctionnel Haskell. L'un des créateurs du language Haskell, Philip Wadler, a été engagé par IOHK pour travailler sur le projet Cardano. Selon Charles Hoskinson, l'utilisation de Haskell se traduit par un protocole plus sûr et plus fiable.

Au lieu d'utiliser un protocole de preuve de travail (PoW), la chaîne Cardano s'appuie sur un algorithme consensuel appelé Ouroboros (déjà en cours d'exécution, mais pas entièrement implémenté). Les protocoles PoS sont plus économes au niveau énergie que le PoW et permettent également des transactions plus rapides, puisqu'il n'y a pas de processus d'extraction minière - il atteint un consensus basé sur la quantité de pièces de monnaie de chaque détenteur (les protocoles PoS utilisent des preuves d’enjeux au lieu de simple puissance de calcul).

Ces caractéristiques rendent les protocoles PoS plus évolutifs, mais le manque de POW peut également réduire la sécurité (Bien qu’energivores, les protocoles POW sont EXTREMEMENT sécurisés). Cependant, le livre blanc d'Ouroboros le présente comme le premier protocole de la blockchain PoS à fournir des "garanties de sécurité rigoureuses".

Compte tenu de son approche unique qui combine une approche scientifique avec la technologie blockchain, Cardano semble être une plate-forme fiable avec une bonne campagne de marketing et une équipe forte derrière elle. Il convient toutefois de mentionner que Cardano en est encore à un stade de développement très précoce et que la plupart des fonctionnalités annoncées ne sont pas encore disponibles (leur feuille de route indique que seule la plate-forme Mainnet est entièrement lancée). Malgré les excellentes performances du ADA Token au cours des derniers mois (assez sur-évalué d’après nous), Cardano a encore beaucoup à livrer en ce qui concerne leurs produits et le développement de la plate-forme, ce qui peut être un indice d'une forte « hype » autour du projet.

AION

aion coin

AION est un protocole conçu pour créer une interopérabilité dynamique entre les différentes Blockchains. Le projet a été lancé par Matthew Spoke (PDG de Nuco et membre du conseil d'administration de l'Alliance Enterprise Ethereum) et par Jin Tu (CTO de Nuco). Le groupe New Alchemy est également un des premiers à soutenir le projet AION.

Selon leur livre blanc, le réseau AION est en cours de développement pour soutenir l'interopérabilité complète, l'évolutivité des chaînes et inter-chaînes, ainsi que la personnalisation individuelle de Blockchains. Leur Blockchain s'appelle Aion-1 (qui est présentée comme une plateforme d'exécution de logiciels sans faille). Le mécanisme de pont et la communication inter-chaîne fournis par AION permet non seulement le transfert de données et de valeur entre les chaînes, mais aussi la création de chaînes de blocs personnalisés qui peuvent se connecter avec toutes les autres chaînes sur le réseau AION, y compris la chaîne Ethereum. Chaque réseau peut personnaliser son propre système de gouvernance et d'attribution de jetons.

Compte tenu du fait que de nombreuses blockchains seront développées, au sein de nombreux secteurs industriels différents, pour répondre à des défis commerciaux spécifiques, AION se présente comme une plate-forme fiable permettant l'interopérabilité inter-chaîne. Il s'agit d'un réseau de troisième génération qui vise à fournir trois caractéristiques majeures (pour tout organisme public ou privé) :

Fédérer : pour envoyer des données et de la valeur entre n'importe quelle chaîne de bloc conforme au protocole AION et Ethereum;

Régler les problèmes d'échelle : Offrir un traitement rapide des transactions et une capacité de traitement de données accrue à toutes les chaînes AION ;

Rayon d’action : Permettre la création de blockchains personnalisées publiques ou privées qui maintiennent l'interopérabilité avec d'autres chaînes, tout en permettant des systèmes de gouvernance personnalisables, des mécanismes de consensus, l'émission de jetons et la participation et l’implication des utilisateurs.

Les jetons AION sont censés être utilisés dans le réseau comme carburant pour faire fonctionner la chaîne Aion-1 ou pour créer de nouvelles chaînes et aussi pour monétiser les ponts inter-chaîne et maintenir l'intégrité et la sécurité du réseau. Tout comme ICON et EOS, les jetons sont d'abord offerts par le biais de la blockchain Ethereum (en tant que jetons ERC-20), mais dès que le réseau AION sera pleinement opérationnel, les jetons ERC-20 pourront être convertis en jetons AION.

Bien qu'ils affirment sur leur livre blanc, que "AION est le premier réseau de blockchain à plusieurs niveaux conçu pour répondre aux défis de l'évolutivité, de la vie privée et de l'interopérabilité", leurs idées et mécanismes sont très similaires à de nombreux autres projets de crypto monnaies existants de troisième génération. D'autre part, le protocole AION est conçu pour fonctionner avec un algorithme modifié de Proof of Stake (dPoS), inspiré de ceux trouvés sur les projets Bitshares et Lisk.

Toutefois, les détails du protocole n'ont pas encore été finalisés et certaines mises en œuvre sont toujours en discussion, comme indiqué dans leur livre blanc technique :

"The specifics of the BFT-based protocol have not been finalized, but guarantee the standard properties of liveness and safety. These assumptions are complemented by the representative selection approach in that the network should be incentivized to select optimal and correct validators. Some implementations that we are investigating are HoneyBadger , Tangaroa and Stellar , with special interest in the proposal behaviour within HoneyBadger and the election protocols within Stellar and Tangaroa protocols."

Traduction : Les spécificités du protocole BFT n'ont pas été finalisées, mais garantissent les propriétés standard de vivacité et de sécurité. Ces hypothèses sont complétées par l'approche de sélection représentative en ce sens que le réseau devrait être incité à sélectionner des validateurs optimaux et corrects. Certaines des applications sur lesquelles nous enquêtons sont HoneyBadger, Tangaroa et Stellar, avec un intérêt particulier pour le comportement des propositions au sein de HoneyBadger et les protocoles électoraux au sein des protocoles de Stellar et Tangaroa.

Extrait du livre blanc technique de AION, p. 12.

En termes simples, le protocole consensuel proposé par AION est que chaque nœud du réseau peut être candidat ou soutien de candidat. Au début de chaque mandat, l'ensemble des candidats qui ont le plus grand nombre de sympathisants (votes) sont sélectionnés comme validateurs, qui contribuent au processus de génération de blocs par le biais d'un protocole basé sur le BFT et sont récompensés pour cela. Cela se poursuit jusqu'à la fin du mandat et le prochain mandat commence, ce qui redémarre tout le processus.

En résumé, le projet AION est principalement axé sur la construction d'un cadre d'interopérabilité entre les bloackchains utilisant une version modifiée des algorithmes consensuels dPoS.

ICON ICX

icon icx blockchain

ICON a été annoncé en août 2017 comme un projet qui vise à développer un réseau décentralisé où des blockchains indépendantes peuvent se connecter sans avoir besoin d'intermédiaires. Les entreprises à l'origine du projet sont les sociétés sud-coréennes DAYLI Intelligence et The Loop, qui semblent bien établies.

The Loop fait partie du consortium « Korean Blockchain » et compte de nombreux partenaires (comme Samsung et bien d'autres).

L'idée principale d'ICON est de créer un réseau décentralisé de blockchains et de connecter des communautés précédemment isolées pour partager l'information et les services à travers la plate-forme ICON. En d'autres termes, les réseaux indépendants ayant des objectifs et des applications distincts (banques, hôpitaux et compagnies d'assurance, par exemple) pourront communiquer entre eux grâce à l'utilisation de contrats intelligents sur la plate-forme ICON (Fig. 1).

rsz_communication_entre_réseaux_indépendants_via_la_plate-forme_icon

Figure 1. Communication entre réseaux indépendants via la plate-forme ICON.  Source.


ICON fonctionne actuellement sur la blockchain Ethereum, mais sa propre blockchain a été lancée le 24 janvier 2018, soit une semaine avant le Sommet annuel de l'ICON en 2018.

Leur but est de créer un réseau hyper connecté pour éliminer les frontières des systèmes centralisés.

ICON vise un modèle de gouvernance décentralisée, où différentes structures de gouvernance peuvent se connecter et interagir. Chaque blockchain connectée à la plate-forme centrale (Nexus) aura son propre système de gouvernance, tandis que Nexus servira de pont de communication entre ces systèmes et pourra être utilisé pour proposer des politiques et voter, par exemple. Un fait très intéressant est que ICON ne détient pas les droits sur la politique de gouvernance, comme l'exécution d'un nœud maître (appelé C-Rep). Pour devenir un nœud maître, il faut obtenir l'approbation des participants existants du réseau. Il n'est toutefois pas clair quels sont les inconvénients potentiels de ce modèle.

De plus, ICON développe une solution d'Intelligence Artificielle (AI) à appliquer sur le réseau, afin " d'apprendre une variété de variables pour déterminer les politiques de distribution optimales et parvenir à une décentralisation complète" - source FAQ ICON.

La blockchain derrière ICON est appelée « loopchain », qui est le moteur central de la plate-forme présentée comme "une blockchain haute performance qui peut prendre en charge des transactions en temps réel sur la base d'un système de contrats intelligent et efficace". Les jetons ICX sont la monnaie du réseau ICON et seront utilisés pour payer les frais de transaction et générer des contrats intelligents ou d'autres jetons au sein de la plate-forme. Il n'y a pas de mining pour ICX, et l'émission de nouveaux jetons est déterminée par les nœuds maîtres du réseau.

La loopchain utilise un nouveau mécanisme de consensus appelé Loop Fault Tolerance (LFT), qui utilise le mécanisme de consensus dPoS. Selon leur livre blanc, l'algorithme LFT garantit la réalisation d'un consensus sans la possibilité de fourches et est l'un des mécanisme consensuels les plus sûrs, les plus performants et les plus évolutifs disponibles.

Malheureusement, le livre blanc technique de LFT n'est disponible qu'en coréen, vous pouvez vous référer à ce post pour plus de détails techniques et d'explications.

L'architecture ICON est conçue pour être compatible avec n'importe quel type de blockchain et également pour accueillir et supporter de nombreux canaux indépendants, chacun avec son propre mécanisme de consensus - ce qui la rend très évolutive. De plus, le réseau ICON offrira la fonctionnalité SCORE (Smart Contract on Reliable Environment). Il permet aux contrats intelligents de fonctionner directement dans l'environnement d'exploitation des nœuds (sans machine virtuelle séparée). Comme SCORE fonctionne indépendamment des processus de la blockchain sous-jacente, il peut être facilement déployé par diverses applications sans accabler la chaîne principale.

ICON a récemment annoncé un partenariat stratégique avec KyberNetwork (un échange décentralisé que nous aimons beaucoup ici et utilisons depuis quelques semaines), visant à "employer le protocole évolutif des services d'échange de jetons de KyberNetwork et à s'interconnecter avec d'autres blockchains participant au réseau ICON ".

Selon leur blog Medium, il a été prouvé que la loopchain fonctionne bien sur l'implémentation des services blockchain, tels que Chain-ID (authentification), l'échange d'actifs cryptographiques et le système de partage d'informations. Nous n’avons malheureusement pas pu trouver de preuves/sources - elles n'ont peut-être pas encore été publiées.

Le projet ICON a encore beaucoup de choses à livrer et en tant que protocole unique, nous avons encore besoin de voir comment il se comportera après la sortie de leur Mainnet. Néanmoins, ICON a un projet très intéressant et ambitieux et s'il réussit à livrer ce qui est proposé, le potentiel de croissance est énorme.

Raiden Network RDN
raiden network

Raiden est un projet open-source développé par Brainbot Labs qui vise à créer des solutions pour les problèmes d'évolutivité d'Ethereum. Brainbot Labs est basé en Allemagne, mais le projet Raiden a des collaborateurs de nombreux pays.

Raiden est composé de trois projets : Raiden, Raidos et Raiden Network. Le Raiden Network (RDN) est le projet principal et est considéré par certains comme l'Ethereum Lightning Network (qui est le protocole hors chaîne conçu pour résoudre le problème d'évolutivité de Bitcoin en utilisant des canaux de paiement bidirectionnels).

Le Raiden Network (RDN) est un réseau de transfert « off-chain » pour les jetons Ethereum ERC-20, qui permet des solutions de paiement économiques, rapides, évolutives et privées.

En utilisant ce que l'on appelle les canaux de paiement, les participants au réseau peuvent transférer en toute sécurité des jetons sans avoir besoin d'un consensus mondial. Au lieu d'utiliser la blockchain Ethereum pour chaque transaction, un réseau hors-chaine est utilisé, ce qui permet des transactions illimitées et quasi instantanées entre deux parties avec des frais très faibles (ou nuls). L'idée est d'atténuer le trafic de la blockchain Ethereum et de créer un modèle où les utilisateurs peuvent transférer en privé des jetons (off-chain) en utilisant des messages signés, au lieu d'enregistrer publiquement toutes les transactions sur la blockchain.

Raiden est une extension complémentaire d'Ethereum. Un nœud Raiden s'exécute le long d'un nœud Ethereum et communique avec d'autres nœuds Raiden (pour faciliter les transferts) et avec la chaîne de blocage Ethereum (pour créer des contrats de canal de paiement ou pour gérer les dépôts).

Les canaux de paiement permettent des transferts bidirectionnels « off-chain » de jetons on-chain (chaque canal de paiement est composé de deux participants). Disons qu'Alice (A) veut utiliser le Raiden Network pour échanger des jetons avec Bob (B). D'abord, ils doivent établir un canal de paiement entre eux (contrat intelligent). Pour ce faire, ils doivent prouver qu'ils ont suffisamment de jetons et déposer leurs fonds sur la blockchain Ethereum (les jetons sont alors bloqués dans un contrat intelligent). Ces jetons fonctionnent comme des « séquestres » et représentent les fonds dont les acteurs disposent pour effectuer des opérations de va-et-vient pendant toute la durée de vie du canal de paiement. Les transferts sont sécurisés et sans confiance car ils sont toujours soutenus via un dépôt sur la chaîne Ethereum.

En d'autres termes, la somme nette des transferts entre Alice et Bob (hors chaîne) ne peut excéder le montant des jetons déposés précédemment (sur la chaîne). Pour ce faire, on utilise des virements signés numériquement et des virements "hash-locked", connus sous le nom de preuve de solde (accords contraignants qui contiennent la somme finale de tous les virements exécutés par le canal de paiement jusqu'à un certain point). Les transferts off-chain peuvent être exécutés sans aucune implication de la chaîne principale (Ethereum blockchain), "à l'exception d'une première création « on-chain » unique et d'une éventuelle fermeture du canal". Source Raiden 101.

L'évolutivité de Raiden Network est atteinte lorsque ces canaux de paiement bidirectionnels sont combinés pour former un réseau plus large. La combinaison des canaux de paiement est ce qui permet l'exécution des virements entre les participants qui n'ont pas de canaux de paiement direct les uns avec les autres. Donc, si vous imaginez qu'Alice (A) veut maintenant envoyer des jetons à David (D), mais elle n'a pas de canal de paiement direct avec lui. Si Alice ouvre un nouveau canal de paiement pour chaque nouvelle personne qu'elle doit payer, cela lui coûterait très cher, puisqu'elle devrait faire des dépôts en chaîne pour chaque nouveau contrat intelligent de canal de paiement.

Alice peut donc relayer le paiement via un réseau de canaux de paiement dans le cadre d'un processus appelé transfert multiboutique (multihop transfert).

Pour effectuer un virement multi-boutique à David, Alice peut faire un paiement à Bob, qui à son tour achemine le même paiement à Charlie (C), qui transfère finalement la valeur à David (D) (Fig. 2).

Cette méthode permet d'acheminer automatiquement les paiements via un réseau de paiement dédié sans utiliser la chaîne principale Ethereum.

Dans un tel réseau, de nombreux transferts peuvent se faire simultanément et indépendamment sans avoir besoin d'un consensus global sur chaque transfert, ce qui permet au Réseau Raiden d'évoluer linéairement avec le nombre de participants. De plus, il n'y a pas de limite fixe sur le montant des transferts par seconde.

Conclusion

L’écosystème entourant les crypto monnaies et la technologie blockchain est en constante évolution et en cours d'amélioration.

Dans quelques années, nous devrions voir arriver énormément d'innovations dans ce domaine, ce qui indique une nouvelle ère de réseaux et d'applications décentralisés qui changeront la façon dont nos systèmes de communication et financiers fonctionnent.

Il est clair que la technologie blockchain a encore un long chemin à parcourir.

La plupart d'entre nous (surtout si vous lisez ces lignes) sommes déjà conscient des contributions étonnantes apportées par Bitcoin (en tant que véritable monnaie cryptographique et pionnier dans le domaine) et de la technologie blockchain qui est née avec.

On peut considérer que Bitcoin (en tant que première génération de crypto monnaies) a ouvert la voie à la création de plateformes alternatives qui ont rendu possibles les transactions financières Peer-to-Peer (décentralisées). Quelques années plus tard, la deuxième génération introduite par Ethereum a marqué l'implantation brillante des langages de programmation et des contrats intelligents en combinaison avec la technologie blockchain, ce qui a permis la création d'applications décentralisées (dApps, par ici pour tout savoir sur les dApps www.cryptos-monnaies.fr/dapps-definition/), de transactions personnalisables et bien plus encore. La technologie Blockchain, qui était auparavant utilisée comme un grand livre de compte décentralisé pour les transactions sans frontières, a été transformée en plate-forme d'application programmable.

Naturellement, chaque génération présente ses propres limites et ses propres défis, car le progrès est un chemin continu et sans fin. Les plus grands défis auxquels la première et la deuxième génération de crypto monnaies ont dû faire face ont conduit à la naissance de la troisième génération, qui tente d'amener l’industrie vers un tout nouveau niveau - avec des idéaux d'évolutivité, d'interopérabilité et de meilleurs systèmes de gouvernance. Éventuellement, la troisième génération devra faire face à de nouveaux défis, mais chaque génération avait (et aura toujours) sa propre importance et apporte sa contribution unique à l'écosystème global. Les nouvelles générations ne sont pas nécessairement meilleures ou pires que les précédentes.

Nous assistons aujourd'hui à l'émergence de plusieurs propositions ciblant les problématiques auxquelles sont confrontés Bitcoin et d'autres réseaux de blockchain. Indépendamment des résultats à court terme, on peut supposer sans risque de se tromper, que toutes les propositions et expériences seront d'une importance extrême pour le développement et la croissance future des technologies de blockchain et des crypto monnaies dans leur ensemble. Il est également important de se rappeler que Bitcoin, Ethereum et certaines des monnaies de l'ancienne génération évoluent constamment, grâce à leur développement actif, vers un réseau plus efficace et évolutif.

La nouvelle technologie et les nouvelles solutions que les cryptos de troisième génération apportent ne seront pas confrontées à l'Ethereum tel que nous le connaissons aujourd'hui, mais plutôt à un Ethereum ayant développé ses propres solutions d'évolutivité. Les prochaines années s’annoncent donc extrêmement intéressantes !

Sources :

-  Cardano - https://www.cardanohub.org/
-  IOHK - https://iohk.io/
-  Cardano Foundation - https://cardanofoundation.org/
-  Ouroboros - https://iohk.io/research/papers/#9BKRHCSI
-  Ouroboros whitepaper - https://eprint.iacr.org/2016/889.pdf
-  Cardano roadmap - https://cardanoroadmap.com/
-  Haskell - https://en.wikipedia.org/wiki/Haskell_(programming_language)
-  Proof-of-Work (PoW) - https://en.bitcoin.it/wiki/Proof_of_work
-  Proof-of-Stake (PoS) - https://en.bitcoin.it/wiki/Proof_of_Stake
-  EOS - https://www.eos.io/
-  Dan Larimer - https://everipedia.org/wiki/dan-larimer/
-  BitShares - https://bitshares.org/
-  Steemit - https://steemit.com/
-  Block.one - http://block.one/
-  EOS livre blanc technique - https://github.com/EOSIO/Documentation/blob/master/TechnicalWhitePaper.md
-  EOS FAQ - https://eos.io/faq.html
-  The Loop - https://www.theloop.co.kr/
-  The Loop partnenaires - https://www.theloop.co.kr/partners
-  Korean Blockchain Consortium sur Coindesk - 
https://www.coindesk.com/27-financial-firms-form-korean-blockchain-consortium/
-  ICON whitepaper - http://docs.icon.foundation/ICON-Whitepaper-EN-Draft.pdf
-  ICON sommet et lancement Mainnet Launch (Medium) - 
https://medium.com/helloiconworld/icon-annual-summit-mainnet-launch-release-candidate-6a6c5b5d86da
-  ICON FAQ - https://www.icon.foundation/en/
-  ICON Loopchain GitHub - https://github.com/theloopkr/loopchain
-  ICON Loop Fault Tolerance (LFT) consensus algorithm (Coreen) - 
https://loopchain.files.wordpress.com/2017/07/lft-e18487e185a2e186a8e18489e185a5.pdf
-  ICON et Kyber Network partenariat - 
https://medium.com/helloiconworld/icon-partners-with-kybernetwork-a135e91af327
-  Enterprise Ethereum Alliance - https://entethalliance.org
-  AION whitepaper - https://aion.network/whitepapers.html
-  AION technical whitepaper - https://aion.network/downloads/aion.network_technical-introduction_en.pdf
-  HoneyBadger protocol - https://github.com/amiller/HoneyBadgerBFT
-  Tangaroa protocol - http://www.scs.stanford.edu/14au-cs244b/labs/projects/copeland_zhong.pdf
-  Stellar Consensus Protocol - https://www.stellar.org/papers/stellar-consensus-protocol.pdf
-  Raiden Network GitHub - https://github.com/raiden-network/raiden/
-  Lightning Network - http://lightning.network/
-  Hash-lock (Bitcoin Wiki) - https://en.bitcoin.it/wiki/Hashlock
-  Raiden 101 - https://raiden.network/101.html

Dorian M
Dorian M
Passionné de nouvelles technologies, de sport et de voyages, je partage mon experience via ce site et vous propose mes conseils en espérant vous aider dans votre aventure dans cette industrie émergente !

Comments are closed.